Interview avec Lauren Ashcraft, candidate au Congrès (NY-12)

Interview avec Lauren Ashcraft, candidate au Congrès (NY-12)

avril 14, 2020 0 Par Sebastien Natroll

© Laurenashcraft.com

La suspension de la campagne de Bernie Sanders marque un tournant dans cette année électorale aux États-Unis. Alors que le camp Sanders espère pouvoir négocier avec le candidat présumé Joe Biden des concessions sur son programme, les PACs (en anglais, political action committee) préparent les élections à la Chambre et au Sénat en présentant des femmes et des hommes progressistes. Parmi ces nouveaux visages, Lauren Ashcraft incarne une possible « seconde vague progressiste » après l’élection du quatuor du Squad il y a deux ans (Alexandria Ocasio-Cortez, Rashida Tlaib, Ilhan Omar, Ayanna Pressley). La jeune trentenaire d’origine américano-japonaise, candidate dans le 12e district congressionnel de l’État de New York, espère créer la surprise face à la démocrate Carolyn Maloney, élue depuis près de 28 ans.

 

Hémisphère Gauche : Bonjour Lauren Ashcraft. Tout d’abord, merci d’avoir accepté de répondre à nos questions. Pouvez-vous vous présenter rapidement pour celles et ceux qui ne vous connaissent pas encore ?

Lauren Ashcraft : Merci à vous. Je m’appelle Lauren Ashcraft, je suis gestionnaire de projet, activiste, comédienne et je me présente à l’élection pour la Chambre des Représentants pour le 12e district congressionnel, qui couvre Brooklyn, Manhattan et le Queens. Je suis également une socialiste démocrate. Je me présente pour que mes ami·e·s et voisin·e·s du 12e district puissent bénéficier d’un logement abordable, d’un système de santé universel et faire passer l’humain avant le profit.

 

Vous êtes membre de la section locale du Queens des Democratic Socialists of America et vous vous présentez comme socialiste démocrate. Qu’est-ce que cela signifie pour vous êtes socialiste ? Comment l’être vous devenue ?

Je suis devenue socialiste démocrate au moment où je travaillais pour le secteur financier. J’avais soutenu Bernie Sanders en 2016, mais ce n’est que lorsque j’ai été le témoin direct de l’influence politique et du pouvoir incontrôlé exercés par le secteur financier que j’ai réalisé que notre gouvernement ne servait pas les intérêts de la classe ouvrière, et que tant que les travailleur·euse·s ne seront pas en mesure d’apporter des changements, il continuera à céder aux exigences des entreprises.

J’ai rejoint les Democratic Socialists of America pour me battre en faveur d’un monde qui ne laisse personne derrière, et je suis entrée dans cette élection parce que l’élue actuelle (ndlr : Carolyn Maloney, démocrate) a décidé que la classe ouvrière ne valait pas que l’on se batte pour elle.

 

Vous êtes partisane d’une Garantie Fédérale d’Emploi (ndlr : Federal Job Guarantee, programme prévoyant que l’État soit l’employeur en dernier ressort). Nous sommes au milieu d’une crise sanitaire mondiale et le chômage explose, tout particulièrement aux États-Unis où il touche désormais plus de 16 millions de personnes. Pavlina R. Tcherneva, docteure en économie (Levy Institute), avance qu’une garantie fédérale d’emploi coûterait moins cher que ce que coûte un chômage massif, mentionnant à ce titre la pauvreté, les problèmes de santé, etc. Un sondage national montre que plus de 70 % des électeur·ice·s soutiendraient une telle proposition. Que répondez-vous lorsque l’on vous demande : « Mais comment allons-nous payer pour cela ? » ?

Une garantie fédérale d’emploi répondrait à de nombreuses questions et inquiétudes qui se posent à l’heure actuelle. « Que ferons-nous après ? », « Comment l’économie va-t-elle pouvoir redémarrer ? », « Est-ce que j’aurai un emploi après cette crise ? ». Les États et gouvernements locaux seraient en mesure de décider quels sont les emplois dont ils ont le plus besoin et les garantir à quiconque cherche un travail.

Cette garantie n’est imposée à personne, mais donne à la société tout entière la tranquillité d’esprit de pouvoir quitter ou perdre son emploi actuel tout en ayant un moyen de continuer à percevoir une rémunération.

Comment financer cette mesure ? De la même façon que nous finançons la guerre. De la même façon que nous finançons les subventions des entreprises. Par un budget accordé par le Congrès.

 

Par ailleurs, puisque nous parlons de la crise sanitaire actuelle : vous êtes en faveur d’un système de santé universel à payeur unique (Medicare for All). Dans l’Etat de Géorgie, Nabilah Islam, candidate pour le 7e district, a suspendu le démarchage physique au tout début de cette crise car elle ne dispose d’aucune assurance santé. En France, Alicia Wolf, activiste d’Our Revolution et France for Bernie a réalisé une courte vidéo à propos du système de santé universel français. Pour les personnes vivant en France, il peut être assez difficile de comprendre ce que vivre avec une assurance santé privée signifie. Imaginons : vous avez un problème de santé et avez besoin de vous rendre à l’hôpital. La facture totale s’élève à 2000 $. Votre assurance prendra-t-elle en charge ce coût ?

Réponse : Ça dépend. Si vous avez une « bonne » assurance santé et que vous subissez une intervention couverte par votre formule, c’est votre assurance qui paiera. Le plus souvent, cependant, votre assurance couvrira une fraction de vos factures médicales, disons 80 %, ce qui signifie, dans le meilleur des cas, que vous devrez payer le reste à charge quand bien même vous payez déjà un forfait mensuel. Vous pouvez contester auprès de votre assureur, mais cela prend du temps et des ressources que beaucoup d’entre nous n’ont pas, à fortiori si votre état de santé nécessite une prise en charge urgente. Aux États-Unis, la charge de la preuve incombe à l’assuré·e qui doit démontrer que son intervention est médicalement nécessaire, bien que cela varie souvent en fonction du prestataire d’assurance maladie que votre employeur ou que l’employeur de votre conjoint·e a choisi.

J’ai la chance de disposer d’une assurance santé par l’intermédiaire de mon compagnon. Pourtant, j’ai passé les quatre derniers mois à me battre pour la prise en charge de ma pilule contraceptive car il se trouve que la marque de pilule que j’utilise n’est pas couverte – bien que ce soit la seule marque qui traite mon alopécie. Maintenant, imagions que j’aie un cancer ou une autre maladie grave : peu importe que l’assurance me couvre ou non, j’aurai à suivre tous les traitements susceptibles de me sauver la vie et pour cela, à dépenser chaque dollar dont je dispose et à vider mon compte épargne. Au bout du compte, c’est la banqueroute. C’est une situation que des dizaines de milliers de familles doivent subir chaque année et qui remplit les poches du secteur de l’assurance maladie, qui pèse des milliards de dollars. La plupart de ces familles ont une assurance maladie. Celles qui n’en ont pas, soit quelque 44 millions d’Américains, s’en sortent encore plus mal.

 

Parlons logement si vous le voulez bien. Vous considérez le logement comme un droit humain et êtes en faveur d’un encadrement des loyers. À Seattle, une proposition de loi déposée par l’élue municipale Kshama Sawant et votée récemment instaure une trêve hivernale des expulsions locatives. Vous prononceriez-vous en faveur d’une trêve hivernale au niveau fédéral ?

Oui. Je suis également en faveur d’une Homes Guarantee, un programme permettant de mettre fin au « sans-abrisme » par la construction de 12 millions de logements sociaux, par l’amélioration des droits des locataires et au renversement de décennies de politique discriminatoire en matière de logement. Dans le contexte sanitaire actuel, cependant, je pense que toutes les expulsions devraient être arrêtées pendant cette pandémie et également par la suite, lorsque nous nous remettrons de la crise économique.

 

Lauren Ashcraft à la rencontre de l’électorat du 12e District. © Laurenashcraft.com

 

Sur les réseaux sociaux, nous pouvons vous voir jouer aux jeux vidéo. Lorsque l’on consulte votre site de campagne, vous conviez les gens à vous rejoindre pour jouer à Fortnite. Est-ce une façon de montrer que la candidate Ashcraft est une « personne ordinaire » ? Vous vous effondrez après le travail dans votre canapé, vous ouvrez une bière et commencez une partie ?

Je n’essaie pas de montrer quoi que ce soit, je me montre telle que je suis. J’ai décidé de mener cette campagne en étant moi-même et en mettant tout mon cœur à défendre ce en quoi je crois. Cela signifie aussi bien jouer ensemble aux jeux vidéo que trier les messages provenant de personnes qui désapprouvent mes positions — mais pour être claire, rien d’autre que les personnes pour lesquelles je me bats ne peut me faire changer d’avis.

 

Le 23 juin, vous ferez face à Carolyn Maloney, élue du 12e district depuis 2013. Il reste deux moins avant cette primaire. Quelle sont vos impressions à l’instant présent ?

Nous vivons une période d’incertitude et il est difficile de penser « business as usual », et encore moins à la politique en pleine crise de santé publique. Maintenant que la campagne est à cent pour cent virtuelle, je fais de mon mieux pour me coordonner avec les militant·e·s, mobiliser des bénévoles dans tout le pays, organiser des collectes de fonds et des assemblées publiques virtuelles, et montrer aux électeur·ice·s aux quatre coins du 12e district qu’après vingt-huit ans (nldr : Maloney est élue du 12e district depuis le redécoupage électoral de 2013 et fut élue du 14e district de 1993 à 2013), il est temps d’élire une représentante qui représente au mieux leurs intérêts.

 

Bernie Sanders a suspendu sa campagne : est-ce que les élections à la Chambre et au Sénat sont la prochaine étape majeure pour le mouvement socialiste ? Selon vous, qui peut remplacer Sanders et incarner une révolution politique ?

Bernie Sanders a mené une révolution politique – mais il n’était pas, en tant qu’individu, la révolution. La révolution fait rage. Pour citer le slogan de sa campagne : « Pas moi, nous ». Il nous incombe à toutes et tous – fonctionnaires, élu·e·s, électeur·ice·s progressistes et ouvrier·e·s de tous les États-Unis – de continuer à nous battre bec et ongles pour ce en quoi nous croyons. La semaine dernière, le sénateur Sanders a passé le flambeau. Peu importe qui gagnera les élections en novembre. C’est à nous de poursuivre le combat.

 

Merci beaucoup Lauren Ashcraft. Nous vous souhaitons bonne chance pour la suite !

Merci à vous !